Bd Arago Paris 14ème.                                               Statue disparue en 1941
Arago                Arago 1
Cimetière Le Père Lachaise. Av principale Division 4.
Par David d’Angers
Arago
François, astronome, physicien et homme politique français (1786-1853). Il effectua avec J-B Biot* la mesure de l’arc du méridien terrestre (1806). Il adopta en optique la théorie ondulatoire et découvrit les polarisations rotatoire et chromatique (1811). Il mesura la densité de divers gaz et la tension  de la vapeur d’eau. Il découvrit l’aimantation du fer par le courant électrique (1820) et la chromosphère solaire (1840). Esprit libéral, très populaire, il fut député et membre du gouvernement provisoire (1848) mis en place par Lamartine, comme ministre de la Marine et de la Guerre. F. Arago contribua à l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises.

STEFAN ZWIEG

Publié: 5 décembre 2013 dans Ecrivain, Journaliste
Tags:, ,

Jardin du Luxembourg Paris 6ème.
Par Félix Schivo.
Zwieg
Cimetière de Pétropolis Brésil.
Tombe de Sweig
Ecrivain autrichien (1881-1942). Sensible à toutes manifestations de la culture européenne. Il traduit Verlaine qu’il admire, également E.Verhaerene qu’il a rencontré à Bruxelles. Auteur de l’adaptation de (Volpone 1928) avec Romain Rolland, auteur dramatique (la Maison au bord de la mer 1911, la Confusion des sentiments,1926; la Pitié dangereuse,1938). Il excelle dans la biographie, Marie Stuart 1935 de Marie Antoinette 1933 et encore celle d’Érasme 1934 etc… Pacifiste convaincu Stefan Zweig écrie contre la guerre dans des œuvres comme Jérémie ou Ivresse de la Métamorphose. Désespéré de voir l’Europe asservie à Hitler, il part pour le Brésil Pétropolis où il se suicida avec sa femme.

WILHEM

Publié: 16 septembre 2013 dans Musicien, Pédagogue
Tags:,

  Square du Temple Paris 3ème
     Par Henri Louis Richou
Wilhem
 
Cimetière Père Lachaise. Division 11chemin Denon.
 
Wilhem
 
Guillaume Louis Bocquillon, dit WILHEM. Musicien, pédagogue et philanthrope français (1781-1842). Charger par la ville de Paris en 1819 de créer des cours de chant et de solfège, il composa une méthode qui prit le nom de méthode Wilhem. Il organisa des cours pour adultes, les orphéons dans lesquels divers groupes instruits séparément se rassemblaient pour chanter à cappella. Cet enseignement était qualifié de mutuel parce que les élèves les plus avancées devaient diriger les plus faibles. Il rencontre Pierre-Jean de Béranger dont il met plusieurs de ses chansons en musique. Malheureusement oublier aujourd’hui.
 
 

Place d’Iéna Paris 16ème                                             Place des Etats-unis Paris 16ème
Par Daniel Chester French.                               Lafayette et Washington par Bartholdi.
Washington               Lafayette Washinton
GEORGE, homme d’état américain (1732-1799) 1er président des Etas-Unis. Il lutte à l’ouest contre les indiens et les français. Membre de l’assemblée de la virginie (1758), représentant de cette province au premier congrès continental de Philadelphie (1774) il reçoit du deuxième Congrès le commandement en chef de l’armée continentale (1775). Malgré d’énormes difficultés, Washington épaule les Français à partir de 1778 dote son pays d’une armée avec laquelle il mène contre les Anglais une guerre défensive. En décidant avec Rochambeau de la capitulation Cornwallis à Yorktown (1781),persévérant dans l’adversité, grand ami et protecteur de Lafayette il devient le Héros de l’indépendance* américaine. Il est rappelé à Philadelphie en 1787 par la convention qui parvient à doter les jeunes États-unis d’Amérique d’une constitution. Élu président de l’Union en 1789 il sera réélu en 1792 au 3 Mars 1797. Renforçant la fonction Présidentielle, il combat Jefferson* et les républicains démocrates défenseurs des droits des États, au profit de Hamilton* et des fédéralistes.

Jardin des Tuileries Paris 1er
Par Laurent-Honoré Marqueste.                                  Bronze détruit en 1940.
Waldeck Rousseau 2                   
Cimetière Montmartre. Division 2 ave Dubuisson.
Waldeck-Rousseau
PIERRE,Marie, René, Ernest homme politique français (1846-1904). Ministre de l’Intérieur (novembre 1881 à janvier 1882 et février 1883 à mars 1885) il attache son nom à la loi sur les associations professionnelles (1884). Il devient avocat d’affaires à Rennes puis à Paris où il se fait connaître pour ses plaidoiries notamment lors de sa défense de Gustave Eiffel, durant l’affaire de Panama (1893). Il entre à la chambre des députés (1879-1889). Président du conseil de la IIIe République de 1899 à 1902, à la tête d’un ministère de la défense républicaine. Il poursuit alors les chefs nationalistes, tout en faisant voter la loi sur les associations (1901) dont le bénéfice échappe aux congrégations religieuses.
                                                   « Un républicain modéré, mais non modérément républicain ».

HORACE WELLS

Publié: 13 décembre 2012 dans Dentiste
Tags:

Place des États-unis Paris 16ème
Par René-Bertrand Boutée.
Wells
HORACE, dentiste américain (1815-1848). Pionnier d’anesthésie dentaire à Hartford. Le premier dentiste à utiliser l’oxyde nitreux (aussi appelé gaz hilarant) en 1844, Parallèlement à son cabinet de dentiste, il poursuit ses recherches et teste d’autres gaz anesthésiants dont l’éther. Mais le protoxyde d’azote reste selon lui le plus sûr. Il décide de faire des conférences dans un hôpital à Boston en présence de plusieurs étudiants. La présentation a lieu le 20 janvier 1845. Wells demande à son auditoire si une personne a besoin de se faire extraire une dent. Un élève se présente, l’intervention commence mais suite à une mauvaise administration du gaz, l’étudiant se plaint d’avoir mal et les autres étudiants se mettent à le huer. Cette démonstration marque pendant plusieurs années un temps d’arrêt dans l’utilisation du protoxyde d’azote. L’échec de la conférence porte un coup dur à Wells. La publication par James Young Simpson le 21 novembre 1847 de ses travaux sur le chloroforme intéresse Wells. Comme à son habitude il teste sur lui-même la substance. Wells continue les expériences, devenu accroc au chloroforme, il a été arrêté en 1848 pour avoir agresser une prostituée. Mis en prison, il se suicide.

Rue Pierre Curie (Fondation Curie) Parie 5ème.

Panthéon (Crypte) Paris 5ème

PIERRE, physicien français (1859-1906).Avec son frère, Paul Jacques CURIE (1855-1941), il a découvert la piézo-électricité (1880). Il a énoncé le principe de symétrie (1894), selon lequel les éléments de symétrie, des causes doivent se retrouver dans leurs effets. Il a indiqué que le ferromagnétisme disparaît au-dessus d’une certaine température, dite point Curie (1895). Avec sa femme, il se consacra à la radioactivité et tous deux découvrirent le polonium puis le radium (1898). Prix Nobel de physique (1903), Pierre meurt d’un accident en 1906. MARIE Sklodowska devient Madame CURIE en (1895), physicienne française d’origine polonaise (1867-1934). S’occupa de radioactivité. Dès la découverte de H.Becquerel, elle isola le radium à l’état métallique et créa l’institut du radium. (Prix Nobel de chimie 1911). Pour avoir déterminé le poids atomique du radium. La guerre de 1914-1918 éclate. Les rayons X peuvent localiser éclats d’obus et balles, faciliter les opérations chirurgicales. Marie organise le premier service radiologique mobile, et équipe les hôpitaux. Elle poursuit ses études avec sa fille Irène et avec le docteur Claudius Regaud. On utilise alors pour toute protection un écran de métal et des gants de tissu !. Les cendre de Pierre et Marie CURIE repose au panthéon depuis 1995.

Pour en savoir plus…


ave Émile Zola Paris 15ème
Par Vincent Spourdos.
            
 Cimetière de Montmartre. Division 19.
 Par Frantz Jourdain ( en Porphyre rouge)                      Statue détruite en 1941                                          
          bronze par Philippe Solari.                                       Par le gouvernement de Vichy.
                        (Cénotaphe)
                         
   Panthéon ( Crypte )
EMILE, écrivain, romancier,journaliste politique français (1840-1902). Le chef de file du naturalisme, l’un des romanciers français les plus populaires traduits et commentés au monde; plusieurs adaptations cinématographiques et télévisuelles de ses romans. Sa vie, son œuvre font l’objet de nombreuses études historiques. Plus connue pour sa fresque romanesque sous le second empire d’une famille ( Les Rougon-Macquart ) en vingt volumes dont L’assommoir, Nana, Germinal etc… Le monde de la peinture fascine Zola proche des impressionnistes, E.Manet qui lui présente S.Mallarmé, proche aussi de C. Pissarro, A.Renoir, A.Sisley et surtout P.Césanne son ami d’enfance. A 26 ans, il tient les deux chroniques dans le journal L’Événement. A L’Illustration, il donne deux contes qui rencontrent un certain succès. Zola entre au nouvel hebdomadaire républicain, La Tribune où il pratique ses talents de polémiste par l’écriture de fines satires anti-impériales. Il commence à publier des romans dont (Thérèse Raquin 1869), ses romans lui valent l’amitié de plusieurs écrivains tel que Flaubert, Daudet, Maupassant, les frères Goncourt etc… Indigné par l’affaire Dreyfus, Zola publie dans L’Aurore l’article J’accuse. Condamné à un an d’emprisonnement et à 3 000 francs d’amende. Zola meurt intoxiqués le  29 septembre 1902. Ses cendres sont transférées au panthéon en 1908.

Bd de l’Amiral Bruix Paris 16ème
Par L.G Buisseret.
Cimetière de Passy. Division 10
JEAN-PIERRE, pilote automobile français (1908-1949). Il conduisit avant guerre pour l’écurie Bugatti, après la guerre pour l’écurie pour Alfa Roméo. Il est considéré comme le meilleur pilote de son époque et l’un des plus grands pilotes français de tous les temps. Juan Manuel Fangio lui même l’avait pris pour modèle. A 22 ans, il débute dans la course automobile en pilotant une Bugatti 37A au Grand Prix de France à Pau 1936, il remporte le Grand Prix de France 1937, il remporte les 24 heures du Mans avec P.Veyron. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il rejoint avec Robert Benoît le réseau CHESTNUT du Spécial Opération Exécutive, monté en France par le pilote franco-britannique William Grover-Williams. Il est le seul qui survivra. Après la guerre il revient à la compétition chez  Bugatti, coupe des Prisonniers etc… Il passe chez Alfa Roméo coupe de la résistance etc… Avec l’Alfa Roméo 158 il passe les 300 kms heure. En 1949, il se tue au volant d’une Simca Gordini lors d’un tour d’essai sur le circuit du Bosques de Palermo.

Angle Ave Junot, Rue Caulaincourt Paris 18ème
Par Henri Sauvage.
Cimetière Montparnasse. Division 6 Ave de l’Ouest.
Par Jean-René Carrière (son Fils).
EUGENE, ANATOLE dit Eugène Carrière, artiste peintre et lithographe français (1849-1906). Il peint des maternités, La Jeune Mère 1879, L’Enfant 1885 etc… qui lui valent le titre un peu réducteur « Peintre des Maternités » et des portraits, réduisant les couleurs à une sorte de camaïeu fluide de brun d’où les formes essentielles se dégagent par contraste lumineux. Il reçoit des commandes officielles pour des peintures qui ornent l’hôtel de ville de Paris et la Sorbonne. Il est l’ami de Rodin, A. Bourdelle. Il exécute les portraits de Verlaine, Mallarmé, Daudet etc… Il fonde l’Académie Carrière en 1899 où des peintres tel que Matisse et Derain etc… furent ses élèves. Expositions Universelles 1889 et 1900, Salon de la Libre Esthétique, de l’Art Nouveau chez Bing.